Pas gai, pas gay. L'exhibition.

Publié le par Taddy

La vie aux Sillages poursuivais son cours, je travaillais toujours avec l'éducateur technique. Le temps ayant un peu passé les garçons qui travaillaient chez un employeur partirent des Sillages, leur places ne restèrent pas  longtemps vacantes, quelques jours après leurs départ d'autres garçons prirent leur place. L'un de ces nouveaux me paraissais  sympathique, je l'invitais certain soirs à venir dans ma chambre pour discuter de tout et de rien. J'avais bien sur une idée derrière la tête, celle de le mettre sur mon lit et nu de préférence. Au moment où il allait partir pour rejoindre sa chambre je me déshabillais pour me coucher, je tachais en relançant la conversation pour tâcher de le retenir encore un instant  juste le temps pour moi d'enlever mon slip et d'enfiler mon pyjama, le tout d'un air complètement détaché. C'était carrément de l'exhibitionnisme, je faisais assez vite afin qu'il ne puisse pas distinguer mon testicule malade. Le but était bel et bien d'en arriver à des jeux sexuels. Un soir au cours de l'une de ces conversations, je dirigeais la discussion sur le sexe je fini par lui dire que j'allais lui montrer quelque chose, joignant le geste à la parole, je baissais mon pantalon et enfin mon slip, je lui montrait mon testicule malade. J'avais  un peu peur de sa réaction mais cela se passa au mieux  maintenant  que j'étais passé à "l'acte" j'eu beaucoup de mal à réprimer une irrésistible envi d'érection, mon sexe gonfla bien un peu, mais garda un volume raisonnable pour ne pas laisser trop en voir. Maintenant que j'avais commencé à me déshabiller, je continuais tout en poursuivant la conversation engagée c'était un bon moyen pour le retenir tout en m'exhibant si je puis dire sans en avoir l'air, je pris tout mon temps pour me déshabiller et enfiler mon pyjama. Cela m'amusais beaucoup, je voyais bien que mon hôte n'était pas franchement à l'aise, afin qu'il ne se douta de rien, je relançais à nouveau la conversation une fois de plus, mon exhibition achevée, j'y prenais un malin plaisir. Un samedi soir alors que bon nombre des pensionnaires du groupe étaient partis chez eux, j'allais dans la chambre d'un garçon resté au foyer pour écouter de la musique,  ce garçon était le plus moche du groupe, cheveux longs, petites lunettes rondes, gros, le tout agrémenté d'un physique ingrat, ce garçon n'y alla pas par quatre chemins voilà à peine dix minutes que j'étais dans sa chambre, il s'approcha de moi et se mit à me caresser le sexe au travers de mon pantalon. Je n'étais pas trop emballé, car ce garçon ne me plaisait pas vraiment, dans

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article