Pas gai, pas gay. On va m'opérer.

Publié le par Taddy

Trajets les Sillages C........., les engueulades de mon compagnon enfin tout ce qu'il faut pour que les vacances ne soient plus qu'un lointain souvenir. Un matin le patron vint me trouver sur le chantier sur lequel je travaillais pour me prévenir que cet après-midi je devrais me rendre à la visite médicale du travail. Je ne fus pas emballé par cette perspective, je craignais que mon infirmité ne soit découverte, je savais aussi que le seul remède était l'opération, le père Morel ayant été atteint du même mal mais pas au même âge que moi. A l'heure dite je me rendis à l'endroit que le patron m'avait indiqué, la visite avait lieu dans un camion aménagé à cet effet. Je fus prié de me mettre en slip, la visite commença par une radiographie des poumons et se termina vers le médecin qui m'ausculta avec son stéthoscope, comme je le redoutais il baissa mon slip, il n'eut pas de mal à constater que  mon testicule gauche était atteint d'une hydrocèle, le médecin me demanda si ça faisait longtemps que j'avais cela, je ne sais pas pourquoi, je racontais des histoires en disant que c'est en soulevant une tinne de peinture que cela m'était arrivé sans doute je craignais de dire que ça faisait plusieurs années que j'avais cela. La visite s'éternisa, le médecin appela son assistant, comme j'avais remonté mon slip, le médecin me le baissât à nouveau, je n'appréciais guère d'être devenu le cas du jour et encore moins que l'on m'exhibe contre ma volonté. Le patron ne me voyant pas revenir sur le chantier, dépêcha son fils pour voir si j'étais encore là et ce que je faisais. A son tour le fils du patron eut le privilège de pouvoir voir le mal duquel j'étais atteint, cette fois le médecin me demanda de baisser moi même mon slip, vraiment s'en était trop j'avais l'impression de me retrouver comme chez la Grand-mère en revenant de Nangeville (voir le chapitre l'entrave). Avant même que je ne rentre le soir aux Sillages l'éducateur était déjà au courant, la médecine du travail  l'ayant prévenu. Un appel téléphonique de l'hôpital arriva aux Sillages, j'avais rendez-vous lundi matin pour une visite. Là aussi ce fut l'horreur déjà pour me mettre en confiance je dus attendre plus d'une heure après l'heure de mon rendez-vous dans le couloir. Quant enfin je fus introduis dans le cabinet une autre surprise m'attendais et de taille cette fois il y avait là outre le chirurgien, sept ou huit internes. Le médecin me pria de me déshabiller et de m'allonger, j'obtempérais mais sentant tout ces regards sur moi, je ne me sentais pas particulièrement bien à l'aise. Le médecin s'approcha de moi une fois que je fus allongé, il tâta mon testicule fit la moue, s'éloigna de moi et demanda à l'un des internes présent de m'ausculter et de faire un diagnostique. A son tour l'interne examina mon testicule et fini par dire au médecin que le patient en l'occurence moi, souffre d'une grosseur du testicule gauche. Je ne crois pas que l'interne eu le temps de terminer sa phrase. Le chirurgien hurla presque ce n'est pas un diagnostique n'importe qui pourrais dire la même chose.  Il demanda aux autres internes de venir chacun leur tour m'examiner, ce fut un exercice particulièrement pénible pour moi. Quant tous les internes  m'eurent examinés le médecin me  dit enfin "vous pouvez vous habiller", je ne me le fit pas dire deux fois, je n'étais pas mécontent de voir le terme de cette pénible épreuve. Le médecin me fit venir dans son bureau qui jouxtait la salle d'examen, il me dit hé bien vous venez lundi prochain pour vous faire hospitaliser, timidement j'osais une question, vous allez me faire quoi la réponse du médecin tomba comme un couperet, il me répondit qu'il allait m'opérer. Je le savait parfaitement, mais jusqu'au bout j'espérais qu'il n'en serait pas ainsi, j'en fus pour mes frais. Il me restait que le temps d'un week-end pour me préparer à l'idée que l'on allait m'opérer, j'était terrorisé. Une hydrocele, c'est un épanchement de liquide, de l'eau, (Hydrocèle) dans le scrotum, c'est bénin mais ça doit être soigné pour la pérennité du testicule. 

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article