Pas gai, pas gay. La nouvelle vie.

Publié le par Taddy

A priori il n'y avait  pas de raisons qu'il en soit autrement vu que j'étais de l'assistance si jamais, j'était sur mes gardes.  Cette famille devait avoir sa logique qui pour le moment m'échappais encore. La vie chez les Lavin était toute différente de celle que je venais de quitter, les  habitudes alimentaires n'étaient pas pareil à ce  que j'avais  connu, c'est ainsi que je  me rendis compte  que la mère Morel  cuisinait très bien ça au moins je ne pouvais pas lui enlever cette vertue. Dès mon arrivée chez les Lavin je trouvais très malin de raconter des histoires abracadabrantes comme par exemple que j'avais un solex qui était resté à Fontaine la forêt et je ne sais quelle autres histoires enfin un tissus de mensonges comme j'en était coutumier, cela relevait de la mythomanie à mon âge 16 ans. Ha !  j'avais été d'une intelligence remarquable, la mère Lavin décida que l'on devait aller récupérer le vélo mais aussi le solex, il fut convenu qu'en fin de semaine nous irions à Fontaine la forêt récupérer mes affaires. Bien entendu de solex il n'y en avait pas, c'est arrivé devant mon ancienne demeure que j'expliquais à la mère Lavin que le solex n'était pas ici et qu'il ne fallait pas en parler. pour toute réponse je reçu un sourire évocateur elle avait compris que j'avais menti. J'étais dans mes petits souliers lors de cette visite chez les Morel je craignais que la mère Morel  fasses aux Lavin des révélations que je n'aurais pas aimé qu'ils sachent ils devaient de toute façon en savoir pas mal, c'était largement suffisant. La visite chez les Morel se termina par un voeux qu'exprima le père Morel à savoir qu'il souhaitait que les Lavin aillent plus de chance qu'ils n'en avaient eu avec moi. Qu'espéraient les Morel avec moi d'être le garçon de la maison celui qui allait les aider à vieillir j'espère pour eux que ce n'était pas leurs motivation car si c'était réellement le cas ils ont du être très déçu, dommage pour eux, ce n'était pas ma vocation.  Je n'avais pas de chambre pour moi chez les Larue je dormais  dans un lit à deux  places avec Lionel,  il travaillait dans  la réparation des poids lourds,  ses  draps sentaient le  cambouis  c'est toute une volée de petits détails qui me  firent  voir que la vie  chez les Morel n'était pas si mal que cela.  J'avais un problème lorsque  je devais changer de sous-vêtement, il était bien rare qu'il n'y eu personne dans la chambre,  je devais prendre tout un luxe de précautions afin que personne ne aperçoive de mon infirmité.  Un point où je ne fut pas dépaysé  fut  pour  faire sa toilette,  il n'y avait pas de  salle  de  bain,  la  toilette se faisait  dans la cuisine,  pas facile de trouver un moment de libre, Je profitais au maximum de l'internat pour prendre des douches.  Les Frères Nicholas n'étaient vraiment pas à la noce, tout leur  était reproché, à  commencer par la  nourriture qu'on leur mettait dans leur assiette, ils avaient un lit deux places sur le palier à  l'étage. Non vraiment ces gens étaient trop différents, je sentais à mon  égard une certaine suspicion  permanente  j'espérais qu'avec le temps je  n'en viendrais pas à  être traité comme les frères Nicholas, je ne me serais certainement pas laissé faire, fort heureusement ce ne fut pas le cas. Autre changement notoire, les repas se passaient devant la télévision, cela était vraiment nouveau pour  moi qui n'avait droit de la regarder que le jeudi après-midi et un peu le dimanche.  Je découvrit une facette de la vie au  village voisin,  il y  avait le foyer rural que fréquentaient Lionel et Daniel, c'est sur la mobylette de Lionel que je fus emmené  pour  la première fois,  il s'y  écoutais de la musique à  tue tête,  il se nouait et se dénouait des amours entre  les jeunes gens  et   les  jeunes filles.  Je me souvient surtout des disparités de la faune fréquentant le foyer du curé de Moissy, entre les  jeunes travaillant déjà et les étudiants, ceux qui  travaillaient avaient  toujours  de  l'argent  sur  eux, ils achetaient des cigarettes et allaient au café  du village bien que le foyer fut  équipé d'un bar. Je partageais  le reste de temps libre avant la fin des vacances entre la  maison  où  je ne me sentais  pas  bien et le foyer rural  où  j'avais  du  mal  à m'intégrer.  Il y avait une sorte de chose entendue quant on me demandais où j'habitais et que je répondais chez les Lavin, cela semblait vouloir dire beaucoup de choses aux gens, je ne sus jamais de quoi il pouvait bien  être  question, je supposais toutefois que la cupidité des Lavin n'était pas pour rien dans le comportement des gens. Enfin je repris mon apprentissage de peinture au terme des vacances, c'est comme  interne que je  repris  les cours.  Le surveillant général était  au  courant des raisons pour  laquelle je me  retrouvais à l'internat,  il m'avait  à l'oeil. Dans les premiers temps tout se passa pour le mieux,  les week-end je rentrais par le  car à  Vaux,  je  n'avais pas vu  les  Lavin de la semaine  tout le monde  étaient content de se  revoir. Ainsi allait la vie rythmée par les semaines au collège et les week-end  à  la maison. Dommage coté  études les choses  allaient de mal en pis, rien ne m'intéressais en  atelier j'étais très  moyen  coté  enseignement général c'était la catastrophe en mathématique c'est très simple, j'avais ouvert mon cahier le premier jour,  j'avais fait  la page de présentation et depuis je ne rouvrit plus jamais ce cahier pour y prendre le cours que le professeur développais au tableau, le cahier  était posé  devant moi, j'écoutais le cours mais ne prenait aucune notes, je ne participais pas au cours mais ne le perturbais pas   pour  autant.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article