Pas gai, pas Gay. La mise à l'air organisée.

Publié le par Taddy

Cette  colonie était assez curieuse, nous logions dans des bungalows,  la directrice avait plus la mentalité d'une gardienne de prison que d'une directrice de colo, nous devions nettoyer des sous bois et faire toute  sortes de travaux assez pénibles. Le  fait que nous étions logés dans  des   bungalows  nous "autorisaient" à faire le cirque pendant la sieste lorsque le moniteur était absent et il était souvent absent pour notre plus grand chahut. Un jour au plus fort du chahut le moniteur chargé de  surveiller  la sieste de  tous les bungalows déboula à l'impromptu,  il ordonna de nous mettre à "poil" il du réitérer son ordre plusieurs fois avant qu'il ne soit exécuté, il pensait sans doute que dans le plus simple appareil nous serions bien obligés de rester sous nos couvertures. Dès que nous  nous  fûmes  déshabillés,  nous reçûmes l'ordre de nous mettre dans nos lits. Le moniteur pensant cette affaire réglée parti vers le bungalow suivant qui faisait aussi le chahut etc. Tandis qu'il s'occupait du bungalow voisin nous en profitions  pour continuer notre  chahut de plus  belle,  un des membres de l'équipe se fit voir à tout le monde avec  son sexe entièrement  érigé, cette exhibition fut suivi d'un immense  éclat de rire nous nous mîmes à l'imiter ainsi toute l'équipe se retrouvait le sexe en érection le tout dans la joie la plus totale. Nous nous  faisions voir au bungalow voisin qui eux aussi étaient tout nus et n'avaient pas l'air de trouver cela triste. Je dois dire que je trouvais ma part de plaisir à cette exibition. un camarade à la vue d'un de ces copains de colo particulièrement érigé en plus il se forcait, dit bah ça me dégoute, en tout cas pas moi je me régalais de l'opportunité. Je fis aussi ma part de bêtises durant ce séjour alors que l'ensemble des gens se trouvaient vers le réfectoire, je réussi à fausser compagnie sans que personne ne s'apperçoive de rien. Je savais exactement ce que je voulais faire. Je me dirigeais vers le bungalow voisin du mien pour aller fouiller les affaires du moniteur dans l'espoir que j'y trouverais de l'argent. De l'argent j'en trouvais, je fis main basse dessus et sans plus perdre de temps je réintégrais le groupe aussi discrètement que j'en était parti ni vu ni connu.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article