Pas gai, pas gay. Partrick le co-pensionnaire.

Publié le par Taddy

Le plus paradoxal fut que j'étais le  meilleur  des ânes,  je fus le premier toute l'année. Cela n'était qu'illusoire car l'instituteur ayant du s'absenter quelques jours, nous retournâmes chez Monsieur Rapine où le niveau  était très élevé  par  rapport à ce que nous faisions chez Monsieur Vigeux, c'était pourtant un programme que j'avais fait l'année précédente monsieur Rapine se fit un malin plaisir à me faire participer activement au cours qu'il était en train de donner et bien entendu de me coincer. J'étais bien avec monsieur Vigeux l'instit de cette année, je lui confiait quelques uns de mes malheurs de chez les Morel, il était le seul à bien vouloir m'écouter,  malheureusement  il ne pouvait rien faire  devant ce que  je lui racontais, de toute façon, je ne vois pas bien ce qu'il aurait pus faire. Il m'écoutais et cela me faisait chaud au coeur.  Chez les Morel la  vie n'allait pas en s'arrangeant à propos de tout et de rien, cette année là alors que j'étais maintenant seul  pensionnaire une dame vint  à la maison voir la mère Morel c'était la maman d'un ancien pensionnaire qui  était passé chez les Morel avant que j'y soit moi même. Il fut convenu que Patrick c'était  le prénom de mon co-pensionnaire viendrait à  Fontaine la Forêt pour  deux mois. D'après la mère Morel ce Patrick c'était une perle, une crème et  que  moi à coté  je ne valais vraiment pas cher.  Le jour convenu arriva, je pus ainsi jauger mon nouveau camarade,  je pus  constater qu'il n'était pas tout à fait  la  perle que l'on  m'avais décrit  mais cela allait  très bien ainsi.  Malgré tout la mère  Morel devant Patrick le prenait toujours à témoin comme quoi qu'il  était sage, qu'il  travaillait bien à l'école et  j'en  passe. Nous dormions dans la même chambre,  le soir avant de nous endormir  nous nous chuchotions ce que nous avions certainement pas eu le  temps de nous raconter dans la journée. Un soir Patrick me raconta que lorsque sa mère était serveuse  dans un restaurant comment un apprenti cuisinier lui expliqua et mieux encore lui montra comment il fallait faire pour se masturber. Etant parti sur ce registre nous finirent par nous montrer nos sexes respectifs,  nous ne pouvions pas voir grand choses et nous ne pouvions pas  allumer la lumière sans alerter la mère Morel.  C'est donc avec les  mains que nous nous  "regardions", au bout de peu de temps Patrick me rappela,  il me dit touche, ce que je fis sans me faire prier, ma main trouvait son sexe complètement érigé.  Je lui fit des compliments  sur la taille de  son sexe  mais pour ma  part je ne restais  pas en  reste,  je forçais ho!  pas longtemps mon pénis à s'ériger, ayant atteint une taille tout fait convenable je lui fit toucher à mon tour. Curieusement le lendemain matin la mère Morel me dit qu'hier soir nous avions fait bien assez de bruit, elle ajouta j'espère  que vous ne faites pas des choses qu'il ne faut pas, je m'empressais  bien  rapidement  de  me  défendre  peut  être  trop rapidement pour paraître innocent,  les choses en restèrent là en tout cas sur ce registre dans la maison des Morel.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article