Pas gai, pas gay. Taddy voleur.

Publié le par Taddy

La  maîtresse  était fort  en  colère  et  dit à toute   la classe tout en  me regardant fixement qu'elle  trouvait vraiment curieux  que deux  fois dans l'année le  cahier du premier  de la classe disparaisse l'un brûlé,  l'autre volé. N'ayant pu démasquer le coupable, elle ne  put rien faire d'autre que de redonner   encore un autre cahier à son chouchou. Etant un mauvais  élève est-il encore besoin de le redire, je  me retrouvais plus  souvent qu'à mon tour à  la porte de la classe, cela  me permettais tout à  loisir de fouiller les poches  des manteaux  de  mes camarades et  ainsi de voler  tout ce qui pouvais me  tomber  sous la main.  Dans  un  manteau  un  jour  je  pris  une  grosse  clef, je m'empressais  de la  faire  disparaître, ne pouvant strictement rien en faire la seule chose que je tirais de ces actions, c'était le plaisir de voler. Quelques  jours  plus tard toujours dans le même manteau je pris encore la clef que je fis disparaître à son  tour.  La chose commençait  à se savoir  que je piquais dans les poches avec plus ou moins de preuves.  Je ne pus résister quelques jours plus tard à la tentation d'explorer  à nouveau les poches de mon camarade malheureux et de lui piquer  une fois  de plus sa clef.  Ce  fut une fois  de  trop  car je  ne savais pas  que les parents de ce camarade connaissaient le  père Morel.  A la maison il y  eu  une  explication  houleuse  c'est  là   que  je  reçu ma première volée chez les Morel les colères du  père  Morel étaient plus  impressionnantes  qu'il ne  faisait  mal  en  tapant. Après s'être un peu calmé  le père Morel me dit maintenant tu t'habilles et  tu  viens avec  moi  chez  le  père  de  ton  camarade. Cette perspective ne  m'emballais pas  vraiment  mais  il  fallait bien assumer et de toute façon je n'avais pas le choix. Le père de mon camarade en fait ne me mangea pas mais le moins que je  puisse  dire  c'est qu'il n'était pas  content, mon camarade  de  classe   se  moqua de  moi le  plus que je craignais dans cette affaire fut qu'elle  s'ébruite de trop à l'école ce  qui  heureusement  pour  moi  ne  fut  pas  le cas. J'espérais avec toutes ces bêtises que la mère Morel finirait par ne plus vouloir de moi  et me renverrait  à   la DDASS.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article