Pas gai, pas gay. Taddy, incendiaire.

Publié le par Taddy

La seconde année scolaire que je fis à  Fontaine la Forêt se passa dans la classe  de Madame Duvernois  institutrice  de  cours  élémentaire deuxième année. Dans l'ensemble mes résultats scolaires  étaient  médiocres malgré tout je ne redoublais que ma dernière année  de primaire. Cette deuxième année de cours  élémentaire fut marquée  par  une très grosse  bêtise  que je fis.  Nous allions régulièrement faire du  sport  l'hiver dans la salle de la chaufferie qui jouxtait ma classe. Il y avait une porte donnant sur la classe et  juste à coté   un placard  comme par hasard sur ce placard se  trouvait une boîte  d'allumettes, il n'en fallait pas plus pour me donner des idées.  Quelques  temps  après  avoir  observé  ce détail,  à la sortie de la classe du matin à  onze  heure et  demi, sans que personne ne me voie, je me glissais  dans la salle de la  chaufferie. J'ouvrais le placard où je savais  que la maîtresse  rangeait  les  cahiers  de  composition,  je déchirais quelques  pages que  rapidement  je  chiffonnais,  j'attrapais la boîte d'allumettes, j'en grattais  une pour enflammer  le papier. Je répendis le reste des allumettes un peu partout sur  les cahiers, je refermais enfin l'armoire, et me glissais le plus discrètement  possible dehors je ne fus pas inquiété,  je pris enfin le chemin de la maison pour aller manger le plus normalement du  monde. Durant le trajet je  hâtais  le  pas de  façon à  ce  que je ne sois  pas en retard ce qui aurait  pu   éveiller quelques soupçons, en plus j'était minuté. 

 Ce midi là tandis que nous étions à  table  la sirène d'un  camion de pompiers se fit entendre.  Habituellement  quand une sirène d'un véhicule de secours  se faisait  entendre nous regardions par la fenêtre donnant sur la rue si c'était l'ambulance ou le  camion des pompiers.  Cette fois il s'agissait du camion  des pompiers, je le fis ironiquement remarquer à  la mère Morel.  Quant je revint à l'école je vis vers la chaufferie tout un attroupement,  pour ne pas rester  en reste et somme  toute pour me tenir au courant de l'évolution de mon forfait,  officiellement pour aller voir ce qu'il venait de se passer,  je me mêlais à  l'attroupement. Il y avait là à coté de la porte  en tas sur le sol tout  le contenu de l'armoire à   moitié  carbonisé  et noyé   par l'eau.  La cloche de l'école  annonçant la  reprise de la classe  se  fit  entendre nous tirant ainsi de notre contemplation et de nos commentaires moi je n'en fis pas, je n'avais pas d'avis sur la question.  Madame Duvernois n'était pas enchantée des  événements de ce midi,  sans que rien  ne le justifia, ses  soupçons se portèrent sur moi comme par hasard.  Faisant semblant de rien elle ne pu poursuivre ses  allégations.  Cette accusation ne sorti jamais de la classe, et  n'arriva  pas  chez  la  mère  Morel.   L'incident  fut  clos rapidement,  personne n'en aurait jamais reparlé  si  plus tard je n'avais  eu  la  bonne idée  de  voler le  nouveau  cahier de composition  du  premier de  la  classe.  Une  fois  de  plus les soupçons se  portèrent sur moi mais  comme l'on  dit  pas  vu pas pris, un ange, je vous dis ceTaddy.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article