Pas gai, pas gay. Expérience lamentable dans le parc.

Publié le par Taddy

Le type qui venait de passer devant moi avait une bonne quarantaine d'année, ce n'était pas tout à fait ce que je souhaitais.  Je trouvais d'ailleurs sa façon d'exhiber son sexe sortant de son pantalon très déplaisante. Le chemin qu'il suivait le menais directement vers la sortie, je savais qu'il allait à nouveau repasser devant moi si je restais là. Toujours nonchalamment maintenant que le gaillard n'était plus en vue je marchais sur le chemin m'enfonçant dans le parc, je ne vis pas d'autre personnes dommage, je n'avais pas l'intention de faire quoi que ce soit avec ce type, ma sortie se transforma donc en simple ballade. Je m'avançais à un moment  donné vers un arbre pour pisser, avant que j'aille eu terminé et rangé mon pénis je me rendis compte que le type c'était discrètement plaçé pour me voir faire, il était malin le bougre. Cette fois il vint vers moi et me fis signe de venir, je ne pouvais plus me dérober, j'avais peur de je ne sais quoi en fait il m'intimidais et pour dire la vérité il ressemblait un peu à mon père. Il n'était pas très grand, il était blond et avait une petite moustache. Lorsque je me retrouva face à lui il me demanda si je voulais venir dans un coin avec lui. Il avait plu la veille le sous bois vers lequel il me conduisi était encore humide, c'est dans ce contexte que j'enlevais mes habits ne gardant que mes chaussures quant à mon partenaire de rencontre sans doute plus habitué que moi à ce genre de situation se retrouva nu avant moi. Il me regarda finir de me déshabiller quant enfin j'eu terminé mon partenaire avait son sexe érigé, j'entrepris de le caresser quant à moi, je n'arrivais pas à obtenir une érection convenable et durable, j'avais les tripes complètement nouées, j'étais incapable d'assumer. Je m'étais mis dans une situation impossible, le faciès arrogant et la détermination de mon partenaire finirent d'anéantir mes moyens, il me fit des propositions sur ce que nous pouvions faire, je les refusais toutes, il voulais que je le sodomise, il  proposa de me sodomiser, il voulu encore que je le suce là encore, rien n'y fit. Peut-être j'aurais pu arriver à faire quelque chose de convenable si je n'étais pas dans ce sous bois aussi il me vint  l'idée de dire à mon partenaire que je veux bien faire tout ce qu'il veux à condition de venir chez moi il  me demanda ou j'habitais rue de la mairie dis-je, il me répondit qu'il a de la famille qui habite dans le secteur et déclina mon offre. Cette conversation mis fin à mon calvaire, il se rhabilla tout aussi rapidement qu'il s'était déshabillé et disparu avant que je n'aille eu le temps de remettre un seul de mes habits. Je me retrouvais dans ce sous bois nu, complètement abasourdi par ce qu'il venait de m'arriver, j'étais dégouté de moi même. Je me rhabillais, enfin, en consultant ma montre, je vis que j'allais être en retard pour manger aux Sillages, pas question de ne pas y aller aujourd'hui de toute façon je n'avais plus d'argent donc pas question d'aller faire des courses. C'est donc en toute hâte que je pris le chemin de Bellerue.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pascale 19/08/2006 19:20

Mouarf ! J’adore ;-)

coeurdhom 05/08/2005 18:42

c'est glauque ton histoire...