Pas gai, pas gay. Taddy le grotesque.

Publié le par Taddy

Je lui demandais encore pourquoi il faisait cela, il resta silencieux. Je me rendis compte tout à coup du grotesque de la situation, j'avais envi de lui faire la morale, je lui posais encore quelques questions sans trop être direct. Je lui demandais s'il n'avait pas une fiancée, la situation devenait complètement inique moi qui quelques jours auparavant avais détourné Patrick, c'étaist le monde à l'envers. Le garçon ne me fis aucune avance, il écouta mon discours sans vraiment répondre il n'en avait rien à faire. Je pris congé comme j'étais arrivé sans me presser. C'est évident j'avais été ridicule et grotesque pour résumer "TRES CON", je rentrais chez moi l'esprit préoccupé, il est certain que je reviendrais dans ce parc. Je réussis à obtenir une bonne partie de mon pécule laissé aux Sillages pour m'acheter les meubles que je souhaitais. Cela n'a pas été sans mal car l'éducateur m'opposait comme argument que normalement je ne devais pas y toucher avant ma majorité et que je n'étais pas encore assez stable dans la vie. Je me fis carrément chiant remettant l'affaire sur le tapis jusqu'à ce que j'obtienne gain de cause. Lorsqu'enfin je fus parvenus à toucher mon pécule, je demandais encore à l'éducateur de venir avec moi au magasin de meuble pour transporter mes achats ainsi il serait certain que cet argent ne passerais pas je ne sais ou. Il avait fier allure mon studio meublé de neuf, le meuble de rangement comportais une petite vitrine, au laboratoire, je remplis plusieurs flacons de produits divers avec leur étiquettes respectives, j'exposais ces flacons dans cette vitrine. Ces flacons suscitaient la curiosité de Jacky lorsqu'il avait l'occasion de passer au studio. Je fus invité un week-end à faire du camping, avec Jacky, sa fiancée et la soeur de la fiancée. Je compris par la suite que le camping n'étais qu'un prétexte la soeur de la fiancée aurait bien voulu que je m'occupe d'elle mais on ne peux courrir deux lievres à la fois, ces deux jours au bord de l'eau avaient été arrangés par Jacky et sa fiancée peut-être même avec la soeur. La pauvre si elle avait pu savoir ce que j'avais dans la tête, elle aurait bien compris que c'était perdu d'avance. Je fis le pitre tout au long de ces deux jours que nous passâmes au bord du fleuve. Je ne pensais  pas un instant que je pouvais draguer la soeur, trop occupé que j'étais a faire le clown. D'ailleurs  mes clowneries finirent par lui faire peur car le soir je mis dans mon duvet un couteau de cuisine, je n'avais aucune intention avec ce couteau mais il eu le don de l'épouvanter, si j'avais eu au moins l'idée de tenter quoi que ce soit avec cette fille, je ne m'y serais pas pris comme ça bien évidemment. J'avais été aveugle dommage peut-être, peut-être pas, elle ne devait pas faire partie de ma destinée, destinée qui offre quelques fois de drôles de retournements mais pour le moment là n'est pas mon propos.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article