Pas gai, pas gay. Le jardin extraordinaire.

Publié le par Taddy

Les jours suivants je ne remis pas les pieds aux Sillages prétextant je ne sais quelle excuse malgré l'obligation que j'avais de me présenter chaque jour, je n'étais pas particulièrement tranquille. Cette aventure avec Patrick resta longtemps présente dans mon esprit, je n'était pas particulièrement fier de l'avoir forcé

. Je partageais ma vie entre le studio et le travail,  j'allais travailler à pied, il me fallait douze minutes pour me rendre aux laboratoires pharmaceutiques, je rentrais tous les midi. Pour le moment mon départ des Sillages était encore frais, je continuais à y monter tous les jours pour aller manger. En fait Les Sillages ne représentaient plus pour moi un pied à terre. Dès que mon repas était pris, en règle générale je ne m'attardais pas trop tout au plus une partie de billard si l'occasion se présentait et c'est tout. Je redescendais chez moi soi pour dormir, peut-être prendre un livre ou encore me retrouver avec moi même et me masturber, je me livrais à cette pratique quasi tous les jours. Ou encore lorsque le temps s'y prêtait j'allais me promener en ville. C'est au cours d'une de ces ballades e que je fis une découverte de taille en tout cas je la considérais comme telle. Mes ballades en ville me conduisaient au hasard de ma fantaisie, je n'avais pas d'itinéraire fixe, un jour, mes pas me conduisirent  sur le bord du fleuve, de l'autre coté,  je voyais les laboratoires où je travaillais. Je déambulais tranquillement sur ce qui avait du être jadis un chemin de halage lorsque j'avisais de l'autre coté de la route  un parc entouré de murs à l'angle de la rue se trouvaient un grand portail en fer forgé rouillée et une petite porte du même style. J'avais souvent vu cet endroit sans jamais avoir eu la curiosité de m'aventurer dans cet endroit pensant qu'il s'agissait d'une propriété privé. Je décidais d'aller voir cet endroit de plus près. Je pris garde avant de rentrer ne sachant de quoi il retournait à ce que personne ne me voie, effectivement cela était un parc, un parc pas entretenu, l'endroit était fort agréable, ça sentais le buis, il y en avait d'énorme taillis. L'odeur du buis me rappela le château de Fontaine la Forêt, la végétation livrée à elle même dans ce parc n'était pas fait pour me déplaire. En bordure du chemin sur lequel je me trouvais était installé des bancs comme l'ensemble du parc ces bancs n'étaient pas entretenus, ils n'avaient pas vu une goutte de peinture depuis fort longtemps. Je m'installais sur un de ces bancs pour profiter de l'endroit, j'étais assez content de ma trouvaille.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article