Pas gai, pas gay. Les allumettes.

Publié le par Taddy

La grand-mère et la tante  Nisou venaient nous  voir  régulièrement  tout  les  quinze  jours  le  dimanche après-midi.  Venir nous  voir  à  Grez  était  pour la grand-mère moins pénible que de venir nous voir au foyer Saint L.....   il y avait moins à  marcher, le car qui les amenait s'arrêtait à trois cent mètres de la maison et s'était plat, nous allions souvent les attendre au car lorsque nous savions qu'elles venaient pour ne pas perdre une miette de leurs visites. Je ne sais pas si la Tatie racontait mes exploits de la quinzaine, je pense que  oui. Mes résultats scolaires n'étaient pas des plus brillants pour tout dire je m'ennuyais à l'école. Je me demande encore aujourd'hui vu le peu de travail que je fournissais comment j'ai pu apprendre à lire et à écrire j’ai le souvenir que cet apprentissage c’est fait dans la douleur, c'est sans doute aucun la raison de mes nombreuses fautes d'orthographes.

Lecteurs, lectrices soyez indulgents...

Entre autres exploits j'avais la manie de jouer avec les allumettes plusieurs fois je me fis disputer  pour avoir jouer au feu et en plus d'avoir menti en disant que ce  n'était pas vrai alors que  ça sentait  à plein nez.  Une autre fois toujours  à   propos des allumettes brûlées je me fis disputer  un peu plus que d'habitude  j'avais joué avec des allumettes près du parc où se trouvait leur gamin adoptif de moins d'un an qui était en train de jouer avec une revue qu'il  déchirait consciencieusement.  Si  jamais une allumette enflammée  était tombée  dans  le  parc  avec les papiers vous  imaginez  la  catastrophe.  Encore  eut-il  fallu  que je m'approche du parc avec mes allumettes, ce qui ne fut pas le cas. J'étais victime d'une méprise  après tout je n'avais qu'a pas jouer avec feu.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article