Pas gai, pas gay. Puni, puni, puni et encore puni.

Publié le par Taddy

Vint en suite les punitions de toutes sortes. Privé de dessert c'était  un grand classique,  privé de sortie alors que nous ne sortions pratiquement jamais de notre cour,  Jacky dù faire des pages entières de chiffres et de lignes, privé de manger j'en oublie certainement. Nous dûmes rester chez le père un peu plus d'une année le temps pour  lui de  bien nous casser sur  les injonctions de la belle-mère qui ne supportait pas  que son mari ailles eu des enfants d'un premier mariage.  Au fond de la cour il y avait une autre maison,  celle des parents de la belle-mère. Je revois  très  bien  cette maison  avec accolée sur  la droite une immense grange où le père avait fait son atelier. Pour entrer dans la maison du fond de la cour, il fallait passer par une petite véranda. Sur  le coté  gauche   se trouvait  fermé  par une haute  porte  en bois un   potager  où  trônaient deux  magnifiques  cerisiers. Là seule personne un peu gentille dans cet environnement, c’était le mari de la belle-mère, je ne crois pas qu’il fût au courant de ce que l’on nous faisait endurer. Un jour alors que les cerisiers étaient couvert de fruits, il nous en fit manger à profusion.

 L'intérieur de  la  maison   était   sombre,  l'occupante de cette maison qu'il était  coutume d'appeler la "mère Berthod"  lorsque l'on parlait d'elle me faisait terriblement peur. Lors de notre arrivée elle nous avait accueillis du fond de la cour par un tonitruant: "alors vous voilà", nous ne savions pas bien ce que cela voulait dire mais elle eu le don de nous effrayer. En fait nous n'eûmes réellement  pas à nous plaindre d'elle. La  chose qui me plaisait  le plus chez cette personne fût le fait qu'elle possédait la  télévision, où nous avions rarement la possibilité de regarder un dessin animé ou la piste aux étoiles ce fût un motif de punition  supplémentaire.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article