Pas gai, pas gay. Studio en ville pour Taddy.

Publié le par Taddy

Lorsque des camarades des Sillages racontaient leur aventures cela me laissait de marbre je savais pertinemment qu'ils en racontaient beaucoup plus qu'ils n'en faisaient. Madame F...... la maman de Ginette l'ors d'une visite suivante me dit que je pouvais venir quant bon me semblait que je serais toujours le bienvenu, j'appréciais cette générosité. Volontairement je limitais mes visites, je ne voulais pas laisser transparaître que j'avais besoin de quelque chose fusses un peu de chaleur. Les Sillages c'était très bien mais manquaient de chaleur humaine, j'en trouvais chez ces gens là, je ne voulais pas en abuser afin de ne pas lasser. Un vendredi soir, je fus convié à sortir avec Jacky et Ginette, nous allâmes en boite une bonne partie de la nuit. Jacky me dit que ce était pas la peine que je rentre maintenant auw Sillages que nous allions dormir chez son copain Jean qui à un studio dans M...... j'appris un peu plus tard que Jean allait bientôt laisser son studio pour aller vivre avec sa copine, cela devait se faire dans un mois ou deux. Ce temps me fut précieux pour préparer ma sortie des Sillages car je comptais bien avec l'aide de Jean pouvoir récupérer le studio. Lorsque j'annonçais à éducateur mon intention de louer ce studio, je ne rencontrais aucune opposition, j'en conclus que l'on voulait bien me laisser partir. Maintenant que les choses avaient été dites le moment de partir me tardais, non pas que je fus mal aux Sillages mais  impatient de voler de mes propres ailes. Je fis un peu de remue ménage pour avoir la certitude que mon pécule me seras bien versé et que de toute façon, je comptais dessus pour pouvoir m'acheter des meubles, je n'obtins que de vagues réponses cela eu le don de m'énerver prodigieusement que voulez vous on peut être plein de bonnes intentions mais l'on ne peut pas se refaire du jour au lendemain. Maintenant j'allais de mon propre chef voir Ginette chez sa mère en fait on m'avait dit de venir quant bon me semblerait, j'usais allègrement de cette prérogative. J'alternais les visites chez ma future belle-soeur et chez les parents de éducateur, lors d'une visite que je fis à la pharmacie  la maman de éducateur m'encouragea à revenir ultérieurement en me glissant un billet de cent francs juste avant mon départ. Je comptais maintenant les jours qui théoriquement me séparaient de mon installation dans le studio de la rue de la mairie, il me restait toutefois à obtenir l'accord de la propriétaire, ce qui fut fait sans trop de problèmes. Cet accord obtenu, je bouillais d'impatience d'user de cette nouvelle liberté qui s'ouvrait ainsi devant moi. Il fut convenu avec Jean qu'il me laisserait le lit tant que j'en aurais besoin, par contre pour le gaz il allait falloir que j'en trouve un. Quelques jours avant mon installation Joël me dit c'est bien beau tout cela mais moi je voudrais bien voir à quoi cela ressemble, je ne peux pas te laisser partir sans savoir ou tu vas. Comme j'avais déjà un double de la clé, le lendemain nous allions faire une petite visite au studio, il eu l'heur de remplir les critères que souhaitait éducateur, j'obtint son aval pour mon installation.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article