Pas gai, pas gay. Changement de boîte.

Publié le par Taddy

Le chef était content du tour qu'il venais de me jouer, il tourna les talons  et me laissa à mes occupations et à ma colère. Depuis que je travaillais dans ce laboratoire, je regardais avec attention les emballages des bouteilles de sirop ou autres potions pour voir la formule ainsi je retrouvais les produits de base que je  fabriquais tout les jours. Il m'arriva un jour de me tromper de cylindre, je mêlais environ une vingtaine de litres d'un produit avec un autre, je tus bien évidemment mon erreur. Mais je savais qu'il ne fallait pas que je m'en tienne quitte pour autant, il restait encore l'épreuve de l'analyse car tout produit pour sortir de l'atelier devait encore recevoir son agrément. Ce n'était pas joué d'avance, curieusement  ce résultat fut long à attendre en tout cas à mon goût, le verdict tomba enfin, le produit était accepté, quant le chef vint me dire que le produit était bon, je fut grandement soulagé, lui ne pouvais pas deviner de quel mauvais pas je venais de me tirer. J'en vint tout de même à douter de la qualité des analyses qui étaient faite mais après tout cela n'est pas mon problème. Aux laboratoires venaient travailler des prisonniers de la prison de M.... en passe d'être libérés, je ne peux pas dire que leur côtoiement me fut bénéfique, loin s'en faut. Mes relations avec le chef n'étaient pas au beau fixe mais tout de même acceptable, un de ces libérables me fit croire que dans une certaine boite de meuble,  les salaires étaient bien supérieurs à ceux pratiqués ici. J'allais donc un soir à la sortie du boulot me présenter dans cette entreprise, je n'eu aucun problème pour me faire engager, incroyable légèreté de ma part, je ne m'enquis même pas du salaire qui allait m'être versé. Je fis embaucher aux laboratoires  un camarade des Longs Réages, comme je le souhaitais, il fut mis à la place que je quittais. Quant à moi je me présentais au jour et à l'heure dite à mon nouveau travail. Les choses ne commencèrent pas très bien pour moi, je dus attendre environ une heure avant que quelqu'un veuille bien s'occuper de moi et me donner un travail. Je m'en moquais bien un peu, puisque j'étais payé mais tout de même cela était un peu stressant. Enfin lorsque quelqu'un s'occupa de moi, je fus plaçé sur une tronçonneuse, je coupais des barres de métal toute la journée, voilà en quoi consistais mon nouveau travail, j'étais plutôt amère, j'avais quitté un travail où j'avais mes habitudes et une relative liberté pour un  emploie complètement bêtifiant, la seule responsabilité que j'avais était de régler les longueurs que je devais couper, Je devais en convenir, j'avais fais une erreur en venant me mettre dans cette entreprise. Ce qui m'avais surtout poussé à me présenter là fut surtout motivé par le nom de l'entreprise. Je m'imaginais que j'allais travailler dans l'électricité, j'en fus pour mes frais. Pour ce qui concerne le camarade qui avait repris ma place aux Laboratoires, les choses n'allaient pas bien du tout pour lui, la place ne lui convenait pas, en fait il ne pouvais pas supporter le chef d'atelier "tient lui aussi"...

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article