Pas gai, Pas gay. Vacances drômoises.

Publié le par Taddy

L'année au Sillages se passa plutôt bien, un jour en quittant mon travail, je croisais sur un pont de M.... des anciens camarades du lycée technique, je ne souhaitais pas les rencontrer, ils me rappelaient de trop mauvais souvenirs, ils voulurent savoir ce que je devenais, je ne leur dit que le strict minimum et encore je trouvais que c'était  trop. Je mis terme à cette rencontre dans les plus brefs délais. Cette année là, il fut décidé par l'éducateur que nous emprunterions encore l'estafette des Sillages et que nous irions dans la Drôme chez lui près de la Motte C... où il possédait un hameau de vieille maisons en pierres qu'il retapait petit à petit, il fut convenu que nous aiderions à faire certains travaux, la perspective ne semblait pas mauvaise. Je touchais cette année mes premiers vrais congés payés, nous prîmes le départ quelques jours plus tard, Gérard conduisait, nous fîmes le voyage dans la journée, le voyage M.... E.... dans la Drôme n'était pas spécialement court, nous étions crevés en arrivant, d'autant plus que l'estafette n'est pas le moyen de transport le plus confortable. Arrivé sur place, il nous fallu encore faire du déménagement pour aménager un semblant de dortoir et y amener des matelas, seulement après il allait falloir nous occuper du repas avec les victuailles embarquées aux Sillages. Je préférais ne pas manger ce soir là, maintenant que le dortoir était à peu près installé, il faisait nuit nous n'avions pas de lumière sinon les phares de l'estafette, je m'installais dans un coin avec mon duvet je m'endormis sans demander mon reste. Nous étions arrivé de nuit, quand le lendemain, je découvris le paysage, ce fut un enchantement, je fis le tour du hameau, les dires de Joël qui nous rejoindrais dans quelques jours, étaient à la hauteur de ce que je découvrais. Durant ces vacances je fus fort en colère lorsque l'éducateur nous fit un plan de travail et plus encore lorsqu'il fit le compte du matériel qu'il fallait acheter pour équiper une pièce d'un évier et y installer l'électricité. Je trouvais un peu fort que le budget qui était dévolu pour les vacances du groupe soit utilisée à des fins d'équipement des locaux de l'éducateur, je rouspétais bien mais rien n'y fit. La colère m'étant passé je participais à l'installation de l'électricité, dans le but de terminer ces travaux au plus vite afin que nous puissions disposer de tout notre temps qu'à des fins de vacances. Le budget fut évidemment des plus juste, l'achat de matériel l'aillant sérieusement grevé   nous n'eûmes pas droit cette année là au restaurant. Nous eûmes tout de même quelques compensations, lorsque nous fîmes les travaux la femme de Joël nous faisait à manger, elle ne poussa pas malheureusement la bonté jusqu'à faire la vaisselle dommage. En fait de dortoir c'était une pièce de plein pied en terre battue ou nous avions étendu une grande feuille en plastique et posé des matelas dessus tout le monde dormait dans cette pièce, excepté Gérard qui lui avait une chambre dans la maison d'à coté, ce petit détail ajouta au fait qu'avec l'éducateur je n'entretenais pas toujours des relations cordiales. S'il avait vraiment été sympa, il se serait mêlé avec nous. Un soir alors que j'étais allé me couché dans les premiers, la soirée s'éternisait, il se racontait au dortoir des choses plus ou moins grasses, une plaisanterie non moins douteuse me fut adressé, j'invitais son auteur à venir que je le prendrais au mot, c'était mon voisin de matelas, il m'avait proposé de me branler, l'expression n'est pas joli, mais la finalité et surtout la démarche m'intéressais, je pensais que les activités sexuelles de l'ancien groupe pourraient se renouveler. Je guidais dans le noir la main de ce garçon à l'endroit de mon sexe, à peine l'eut-il touché qu'il émit un rire et retira sa main brusquement, non il n'était pas disposé pour ce genre de choses, je tournais cette affaire sur la plaisanterie espérant que personne ne s'apercevrait que je n'avais jamais été aussi sérieux, ce fut le cas heureusement pour moi. Le lendemain cette histoire fut complètement oubliée. Les vacances se déroulaient plutôt bien malgrés mon antagonisme pour l'éducateur, les travaux étant terminés nous consacrions notre temps aux vacances, piscine, promenade, farniente, les vacances quoi. Pour ce qui est des travaux ménager la femme de Joël trouva un compromis acceptable, c'est elle qui confectionnait les repas, chaque jour un des notre à tour de rôle devait rester pour aider à la confection du repas et pauvre de lui faire la vaisselle, pour ce qui concerne le  fils de l'éducateur, il fut convenu que comme il profitait des sorties que nous faisions que lui aussi aurait son tour de service. Joël un midi nous indiqua un endroit que nous ne devions manquer sous aucun prétexte, cela s'appelle les A....., cet endroit était assez génial, c'est une source qui coule en de multiples cascades formant ici et là des bassins plus ou moins profond, pouvant servir à la baignade. Nous y allèrent  pour passer l'après-midi effectivement, l'endroit était vraiment superbe.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article