Pas gai, pas gay. La visite coquine chez le copenssionnaire

Publié le par Taddy

Le lundi matin fut vite là, j'eu tout de même un peu de mal à dormir la veille, à l'heure de l'embauche, je me présentais, je fus conduit dans mon atelier, chez Monsieur Bourret. Arrivé sur place, j'eu une déconvenue de poids, je m'attendais à quelque chose de propre, j'en fut pour mes frais en fait je fus introduit dans un local très haut mais aussi très noir de crasse, des immenses cuves d'où s'échappaient de la vapeur étaient disposées un peu partout, et le pire je crois c'était l'odeur. On me mit à travailler dans un plus petit local d'ailleurs tout aussi noir où l'on fabriquait des sirops de toutes sortes. Je n'en était tout de même pas à regretter la peinture, mais je me voyais mal travailler là dedans bien longtemps. mon travail consistait à mettre du sirop en bombonne et à laver des cylindres de deux ou trois cent litres une fois vidés de leur produit. Le monsieur avec qui je travaillais était à quelques mois de la retraite, il était dans l'entreprise depuis au moins trente ans. Le mois étant déjà bien commencé lorsque j'arrivais, je ne tardais pas à toucher ma première paye. J'eu une bonne surprise, en fait je le croyais en voyant le prix qui m'était octroyé de l'heure, quatre francs vingt, ce chiffre me disais quelque chose, car il me souvient d'avoir entendu le père Morel dire qu'il avait été augmenté et qu'il touchais cette  même somme. Par contre aux Sillages ce fut une autre musique que m'annonça l'éducateur, en effet il me mit au courant de la coutume qui voulait que tout pensionnaire devait consacrer un tiers de son salaire quel qu'il fut pour payer sa pension et un tiers qu'il devais également verser afin de se constituer un pécule récupérable le jour de son départ des Sillages. La nouvelle eu du mal à passer, mais contre mauvaise fortune, je dù faire bon coeur et me plier à cette habitude, je regardais ce qu'il me restait en fait pour ce premier salaire pas grand chose. J'avais déjà tout un tas de projets en tête sur la façon d'on j'allais pouvoir utiliser cet argent, je dus les remettre aux calandres grecques. Un soir Christian l'un des pensionnaires vint me trouver dans ma chambre, il discuta de tout et de rien, il en vint à me demander si c'était vrai que je couchais avec Patrick flairant un coup je lui répondit honnêtement que ça arrivait de temps en temps, il me proposa de le rejoindre dans sa chambre dans une heure si je voulais pour passer un bon moment ensemble. Ayant le goût pour ce genre de chose comme je l'ai déjà dit plus haut, je ne me fis pas prier. Je fus toutefois très surpris de recevoir ce genre de proposition de ce garçon, il était plutôt curieux dans son comportement et le savais maniaque de la propreté, il n'y a bien sur aucune relation de cause à effet, mais c'était le dernier garçon à qui j'aurais fait ce genre de proposition comme quoi il ne faut jamais préjuger de rien, j'en avais la preuve une fois de plus s'il en est besoin. Comme convenu à l'heure dite je sorti dans le couloir, toutes les lumières des chambres étaient éteintes, je grattais discrètement à sa porte  qui ne tarda pas à s'ouvrir. Christian me reçut en slip. un n'y avait dans sa chambre qu'un légère lumière ne permettant tout juste de distinguer les choses et était invisible de l'extérieur. En retirant son slip Christian me demanda de me déshabiller, l'ayant fait lui le premier, je le fis de bonne grâce. Il me demanda de le rejoindre sur son lit sur lequel il avait préalablement étendu une serviette de toilette je reconnaissais bien là sa manie de la propreté. Je ne  trouvais pas cette partie  folichonne, il manquait un peu de lumière qui m'aurais permis de mieux voir son sexe qui s'érigea rapidement des que j'eus mis la main à son endroit, heureusement pour moi, j'avais quand même le plaisir de toucher ce garçon, nos caresses aboutirent à une masturbation mutuelle sans la moindre fantaisie, je m'attardais à peine après nos jouissances respectives, juste le temps pour Christian d'essuyer notre sperme répandu, je rejoignais ma chambre sans faire de bruit.

Publié dans Gay - Lesbien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article